Ulcos

CCS - Capture et stockage de CO2


Cette appellation fait référence à la capture des émissions de dioxyde de carbone (CO2), suivie de leur stockage à l’intérieur de réservoirs géologiques souterrains dans le but d’empêcher qu’elles ne parviennent dans l’atmosphère. A l’heure actuelle, le CCS est l’un des procédés les plus prometteurs en matière de réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2) à grande échelle. Les usines sidérurgiques se prêtent particulièrement bien à cette capture, car les gaz s’y dégagent à des points fixes et facilement accessibles. En plus, la concentration de dioxyde de carbone (CO2) est déjà extrêmement élevée.



Afin d’isoler le dioxyde de carbone (CO2) dans les émissions des usines sidérurgiques, il faut d’abord le séparer des autres gaz de combustion, pour ensuite le comprimer et/ou le refroidir. De cette façon, le dioxyde de carbone (CO2) pourra être conduit par pipelines dans les réservoirs souterrains. Le stockage géologique est la forme la plus viable et respectueuse de l’environnement. Il s’agit de capturer le dioxyde de carbone (CO2) pour l’injecter par la suite dans des couches rocheuses poreuses. Il existe à l’heure actuelle trois options de stockage :

  • Dans les gisements de pétrole ou de gaz épuisés ou quasi-épuisés
  • Dans les aquifères salins profonds (nappes rocheuses poreuses contenant de l’eau salée)
  • Dans les veines de charbon non exploitables



Bien que la faisabilité de chacun des éléments du procédé CCS ait déjà été prouvée, sa viabilité sur le plan économique et technique ainsi que son degré d’adaptation à plus grande échelle à niveau industriel doivent encore faire l’objet de recherches et de phases de démonstration non négligeables.